retour
Exposition avril 2015. Odile de Frayssinet et Fabrice Rebeyrolle.

Galerie Deleuze-Rochetin à Arpaillargues - Uzès

Du 13 avril au 30 mai 2015
Exposition avec Odile de Frayssinet et Fabrice Rebeyrolle

Extrait du catalogue de l'exposition

Ces deux artistes, le peintre et la sculptrice, sont plus proches en esprit qu’il n’y paraît de prime abord.
Odile de Frayssinet, avec ses Barques, jette dans l’espace de véritables dessins de métal dont nous sont restituées les planches courbes, pour parler comme Yves Bonnefoy. Elle fait aussi surgir du sol des Stèles, forme primitive de toute sculpture possible.

Fabrice Rebeyrolle, dans ses peintures, isole des morceaux de ciels, des gris, à travers la verrière de l’atelier, un arbre ou même plusieurs qui valent pour la forêt, un coin de ciel où éclot une étoile, un coin du champ labouré, où s’exhibe la chair enfouie de la terre.

Pour les deux artistes les quatre éléments concentrent une vision du monde qu’il convient en effet de décliner :
La terre sur laquelle reposent les volumes chez la sculptrice, qui émerge à la surface des tableaux chez le peintre, notamment dans les multiples effets de matière. La première fait subir à ses stèles des incisions et ouvertures qui finissent par définir une identité, j’ai presque envie de dire un corps. Le second rend la surface complexe, victime de multiples agressions (notamment sur le bois incisé), dynamique, et pour tout dire vivante, comme une peau qui recouvre une chair vivante.
Le ciel chargé d’air, vers lequel tendent les stèles oblongues et incurvées du côté de leur cime chez l’une, se profile au-dessus de l’indéfinissable ligne d’horizon chez l’autre. Les arbres aussi paraissent prêts à l’envol d’Icare. Et cette légèreté, cet essor prêté à l’arbre, rejoint celle des stèles de la sculptrice, transportables et manipulables à souhait, tandis que le caractère squelettique de ses barques prend également un aspect aérien.

Bernard Teulon-Nouailles