retour
Dossier de presse à télécharger.
Exposition août 2015. Guy de Malherbe et Jean-Patrice Rozand.

Galerie Deleuze-Rochetin à Arpaillargues - Uzès

3 août au 26 septembre 2015
Exposition avec Guy de Malherbe et Jean-Patrice Rozand

La falaise de Varengeville est devenue une paroi de peinture, un écran, un rideau rythmé par des horizontales noires que recouvre une matière blanche qui miroite comme du verre ou du marbre. C'est une matière peinte, une couche de peinture à l'huile colorée, onctueuse et regrattée, pour dire la pierre dure ou l'impalpable du ciel. Au bas de la toile, par une écriture impulsive et très gestuelle, Guy de Malherbe peint le chaos des rochers aux formes de corps, morceaux très organiques.
Le contraste est violent entre la paroi aux lignes géométriques, cette muraille de pierres qui semble construite et ces éboulis aux formes tourmentées qui semblent vivants. Pour reprendre les mots de Pierre Wat lors de l'exposition de Malherbe à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon « Guy de Malherbe a trouvé sa métaphore [...] Celle qui concentre en une opposition féconde les principes de sa création. Et surtout celle qui dit l'union du spirituel et du matériel. »

Olivier Delavallade, catalogue d'exposition, éd. Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne

Pour Jean-Patrice Rozand - Texte de Mathilde Bellaigue, juillet 2015.
« Etrange liberté de ces sculptures rivées au sol, au mépris de tout socle. Elles se dressent, s'élèvent. Simplement. Comme on le dit d'un arbre. Avec quelle élégance, quelle fierté énigmatique et tranquille. Dans la lenteur du regard attentif. Dans le silence, leur silence.
Que ce soit dans ton atelier, ton jardin ou une exposition, impression que ce sont elles qui m'observent du haut de leur distinction, de leur noblesse claire et assurée.
Chaque arête d'acier coupe l'espace selon sa mesure, de façon méditative, et imparable. Chaque lame d'acier est tendue dans un équilibre si parfait qu'insolite.» [...]

Mathilde Bellaigue